Le Prix Littexil, par les élèves de 2GTA

Le prix littéraire de la Porte Dorée récompense un roman ou un récit écrit en français traitant du thème de l’exil.

100 titres sur l’exil

Ce prix est doté de 4 000 euros par l’association de soutien au Musée national de l’histoire de l’immigration. Le jury désigne le lauréat parmi une dizaine de titres de l’année éditoriale en cours sélectionnés par un comité de lecture : documentalistes, historiens, enseignants, journalistes, lycéens… Le lycée Eugène Hénaff est le lycée de l’académie de Créteil ayant pris part au jury.

"Les élèves de 2 GTA et deux élèves de 2 GTE ont pu participer au Prix Littexil, en collaboration avec le Musée de l’Histoire de l’Immigration de Paris. Il s’agissait de lire des romans parus en 2017, et qui ont tous un lien avec un sujet en particulier : l’exil.

Exil, immigration, intégration, voilà un sujet dont on parle beaucoup à la télévision. L’aborder dans des livres récemment parus permet de donner une idée plus juste de tout ce que signifient ces mots.

Souffrance, sentiment d’exclusion, perte d’identité, par le biais de ce simple sujet on découvre tout un pan de l’humanité, et une interrogation fructueuse de nos sociétés, de notre civilisation.

D’autant plus que dans notre lycée, nombreux sont les élèves dont les parents ont vécu l’exil ou qui ont vécu l’exil eux-mêmes. Parfois ils ont eu l’impression que ces livres parlaient d’eux.

Toutefois, la mission s’est révélée ardue ! Il a fallu lire le plus de romans possibles en un temps réduit. Et en plus il fallait rédiger une fiche de lecture, comme celles qu’on fait dans les maisons d’édition, avec une note allant de A à D. Aucun livre n’a eu moins de C. Bravo à Amel qui a lu cinq romans !

Quelques-uns des élèves de 2 GTA qui ont participé au concours Littexil : Aziz, Rhizlane, Céline, Mounia, Sarah, Sabrina, Amel, Nadia et Martial le délégué (de gauche à droite).

« On lisait le livre et on écrivait une fiche de lecture, avec le résumé de l’histoire, ce qui nous a plus et ce qui ne nous a pas plu. Il y avait des livres un peu ennuyeux mais certains étaient super !" En Février, M. Augustin, notre professeur de français, nous a emmenés au Musée de l’Histoire l’Immigration et nous avons rencontré Patricia Reznikoff qui a écrit Le Songe du Photographe , un des romans sélectionnés pour le concours. Elle nous a raconté l’histoire de sa famille qui est à l’origine de son livre. C’était passionnant ! Puis on a visité le musée, qui raconte toute l’histoire de l’immigration en France, depuis les Italiens et les Espagnols à la fin du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui.

« On a fini par lire tous les livres du concours plusieurs fois et on a choisi le livre pour lequel on voterait : Bakhita de Véronique Olmi, inspirée de l’histoire vraie de Joséphine Bakhita, ancienne esclave devenue religieuse et canonisée par le Pape Jean-Paul II.

Il fallait encore désigner celui qui irait défendre ce livre pendant la délibération du jury au Musée.

C’est Martial qui a été choisi, il est allé à une réunion qui a duré trois heures ! Il y avait les délégués élus des deux autres lycées qui participaient au concours (un à Paris, un de la banlieue Ouest), des écrivains et des professeurs. Il y avait même Jean-Christophe Rufin, le Président du Jury, membre de l’Académie française et un écrivain très connu, il a même eu le Prix Goncourt ! Après, Martial et M. Augustin sont allés manger dans un grand restaurant avec tous les membres du jury et leurs professeurs !

« Malgré notre vote, le jury a choisi un autre roman : Silence du Chœur de Mohamed Mbougar Sarr . Ça parle des immigrés d’aujourd’hui qui traversent la Méditerranée sur des tout petits bateaux.

Nous sommes retournés au Musée de l’Histoire de l’Immigration pour la remise du prix. Tout le monde était là, Jean-Christophe Rufin qui est arrivé en retard, mais ça ne l’a pas empêché de faire un beau discours, Mohamed Mbougar Sarr, qui a reçu le prix et qui était très ému, et tous les membres du jury sont montés sur scène et ils devaient parler d’un livre qu’ils ont particulièrement aimé. Martial est donc monté sur scène pour parler de Le Songe du photographe , le roman qu’il avait choisi. Il a eu beaucoup de trac ! Mais ça s’est bien passé.

« Après on a fêté ça, un traiteur avait été réservé, tout le monde s’est précipité sur les sandwichs et les petits fours qui étaient délicieux. Il y avait même du champagne ! Mais personne n’en a bu, sauf M. Augustin. Les élèves ont eu des billets gratuits pour l’Aquarium du Musée de l’Immigration, comme ça ils pourront y aller quand ils voudront. Tout le monde a reçu un sac et des pin’s.

Une belle aventure ! »

Les élèves de 2 GTA.

Un grand merci à madame Nihad Jnaid, Coordinatrice du Prix littéraire, Médiathèque Abdelmalek Sayad, Établissement public du Palais de la Porte Dorée, Musée national de l’histoire de l’immigration, et à monsieur Augustin, Professeur de Lettres modernes.